médium, médiumnité, entraînement

 

Quand j’ai découvert mes facultés médiumniques, je me sentais un peu découragée par mon niveau par rapport aux médiums professionnels. Double erreur ! D’abord parce qu’il ne faut jamais se comparer aux autres, ça ne sert à rien et ça fait du mal, et ensuite, parce que la médiumnité, c’est comme tout, ça se perfectionne à l’usage !

Tu forces ? Tu bloques !

J’ai commencé par m’entraîner beaucoup pour améliorer mon intuition. Mais c’était complètement contreproductif, en fait, parce que selon moi, l’intuition est instantanée, elle ne se travaille pas. Ce qu’on peut faire, en revanche, c’est apprendre à la reconnaître et lui laisser une place de plus en plus grande. Ça, oui.

Mais moi, donc, maladroitement, je forçais, forçais, forçais pour développer mon intuition. Et que croyez-vous qu’il advint, messieurs dames ? Eh bien j’ai tout bloqué, évidemment. Contrôlite aiguë versus lâcher-prise, round 1.

Idem pour le développement de ma médiumnité. Je voulais tellement y arriver, j’étais tellement obnubilée par ça que je ne laissais absolument aucune place au lâcher-prise. Et de nouveau, tout se bloquait.

Ça ne risquait pas de faire avancer le Schmilblick cette affaire !

Les Clédelâme, mon déclic

Quand j’en ai eu marre que rien ne vienne, j’ai décidé d’arrêter de me prendre le chou et j’ai lâché l’affaire. C’est vraiment à partir de là que tout a recommencé.

J’ai appris à me faire confiance et à distinguer ce qui venait de mon mental et ce qui arrivait d’ailleurs. Parce qu’au début, vraiment, j’étais totalement incapable de faire la différence.

Mais maintenant, à force d’écrire des Clédelâme, à force de constater que les messages qui transitent par moi touchent le plus souvent juste, je comprends enfin comment ça fonctionne et j’arrive de mieux en mieux à trier le bon grain de l’ivraie comme on dit 😉

Par exemple, avant, je croyais que quand on captait des messages, on avait des images très nettes et très précises, des prénoms ou des noms que l’on comprenait sans souci, etc. Sauf que non ! Tout passe à toute vitesse et il faut le saisir au vol avant que ça ne disparaisse !

Doute, casse-toi

Parfois, pour certaines Clédelâme, j’ai à peine le temps de regarder la photo de la personne que paf, les informations arrivent à toute vitesse, je me mets à taper sur mon clavier frénétiquement ! D’autres fois, j’ai besoin de fermer les yeux, de respirer calmement et alors, les informations commencent à arriver.

Je ne veux laisser aucune place au doute quand j’écris ces textes, parce que sinon, ça bloquerait tout le processus, je le sais. C’est pourquoi j’écris tout sans m’arrêter, puis je relis à la fin.

Je vous parle beaucoup des Clédelâme, parce que c’est la manière la plus simple pour moi d’entrer en état modifié de conscience, mais depuis quelques temps, j’ai remarqué que j’arrivais à capter les guides d’une personne juste en pensant à elle.

Je sais que j’ai encore des progrès à faire de ce côté-là, car je les vois, c’est très bien, mais j’ai encore du mal à entendre leurs messages. Je suis sûre que c’est à cause de cette satanée pression que je me mets encore et toujours !

Cette pression qui me bloque parfois…

Cette pression qui m’empêche de faire des contacts défunts par exemple, par peur de me tromper… Alors que logiquement, si j’y arrive avec les Clédelâme, si je capte les guides, je devrais très bien pouvoir aussi capter les défunts !

Enfin, en fait, je les capte, mais jamais de mon plein gré, vous voyez ? Si je veux parler à tel ou tel défunt, ça bloque. Par contre, les défunts de passage qui me lancent un message, ça, oui, je les capte de mieux en mieux ! Un petit coup de chakra coronal et c’est parti 😉

N’empêche, quand je vois la différence entre mars 2016 et aujourd’hui,  je me dis que quand même, j’ai bien progressé 🙂

La médiumnité est un muscle je vous dis ! À force d’entraînement, tout le monde peut y arriver. Faites comme moi, trouvez le canal qui vous convient le mieux et hop, c’est parti pour des aventures extraordinaires 🙂

Vous pourriez aimer aussi :