croyances limitantes, médiumnité, spiritualité

 

Comme souvent, je n’avais aucune idée du sujet de cet article avant de l’écrire. Mais comme ce matin, j’ai fait une nouvelle séance de tarot de naissance et qu’on a encore une fois parlé des croyances limitantes avec Fabienne Kane, eh bien je viens de me dire que ça ferait un bon sujet pour le blog dites donc 🙂

Corser le jeu ?

Vous avez remarqué comme on aime bien se mettre des bâtons dans les roues à nous-mêmes ? On doit probablement trouver que la partie qu’on est venus jouer en s’incarnant sur cette Terre est un poil trop facile et qu’il faudrait quand même la corser un peu… Ah ben tiens, on va rajouter des croyances limitantes, ça va être marrant ! (Ou pas)

Les croyances limitantes, c’est comme les couches d’oignon ou les feuilles d’artichaut. Plus t’en enlèves, plus tu en trouves ! Ça ne s’arrête jamais, presque. Et ça fait un sacré boulot pour nettoyer tout ça, de quoi se décourager.

Mais en fait non, ce n’est pas décourageant, c’est stimulant au contraire. Parce que quand on a réussi à mettre le doigt sur une de ces vicieuses croyances limitantes, souvent bien planquées, on se transforme : ça peut être imperceptible ou radical, selon l’importance de la croyance limitante soulevée.

« Mais non, je n’y arriverai jamais… »

Pour la médiumnité par exemple, j’avais la croyance limitante, au début, que je ne pouvais pas devenir une vraie médium, une médium pro, parce que j’avais découvert mes facultés sur le tard et que je ne serais jamais au niveau de ceux qui sont médiums de naissance.

Bon, déjà, c’est débile de se comparer aux autres, puisque chacun d’entre nous est incomparable. Mais en plus, si on décrète dès le départ qu’on ne va pas réussir à être ceci ou cela, eh bien on met tout en œuvre pour que ça se passe effectivement de cette façon… Heureusement, les Clédelâme sont passées par là et m’ont donné la confiance qui me manquait.

Toujours en matière de médiumnité, les croyances limitantes sont légion. Ça peut aller de « Je ne sais pas lâcher prise » à « Je ne suis pas capable de capter les messages », en passant par « Je n’arriverai jamais à m’ancrer » ou « La méditation, ce n’est vraiment pas pour moi »

Vous voyez, ce ne sont pas les exemples qui manquent ! Quand je vous dis qu’on aime bien s’auto-saboter, ce ne sont pas des blagues !

Ouf, on peut en venir à bout !

C’est bien simple, on est englués dans nos croyances limitantes, même (et surtout !) dans la vie de tous les jours ! Et ça peut être pour des choses complètement anodines en plus ! La semaine dernière par exemple, j’ai pris conscience d’une nouvelle croyance limitante : « Je suis nulle en dessin ». Ben non, je ne suis pas obligée d’y croire, ça ne me définit pas ! Je peux décider aussi que je suis capable de bien dessiner, ce n’est qu’une question de choix.

Bonne nouvelle : on peut se débarrasser de nos croyances limitantes, youhou ! Le plus dur, c’est de les débusquer en fait. Mais une fois qu’on en a pris conscience, le plus gros du travail est fait. On inspire profondément et à l’expiration, on répète « Je me défais de la croyance limitante que je suis nulle en dessin » par exemple. Plusieurs fois s’il le faut.

Mais encore une fois, en prendre conscience, c’est déjà faire plus de la moitié du chemin…

Et vous, prenez-vous conscience de vos croyances limitantes ? Et si oui, que faites-vous pour les faire disparaître ? Ça m’intéresse !

Vous pourriez aimer aussi :