doute médiumnité

Ah la la, la médiumnité, ce n’est vraiment pas une ligne droite et plane, je m’en rends chaque jour un peu plus compte ! Il y a ces journées, ces semaines, où il se passe plein d’événements incroyables, où je capte des messages par clairaudience, par écriture intuitive ou grâce à des signes et des synchronicités. Ces moments-là sont vraiment fabuleux, ils me transportent de joie, ils me donnent envie de sauter en l’air et de crier mon enthousiasme !

Mais le problème, c’est que ce n’est pas tous les jours comme ça…

Eh oui, malheureusement, ces jours extra-ordinaires (dans le sens où ils sortent vraiment de l’ordinaire !) ne sont pas encore monnaie courante. Je suppose qu’ils sont plus fréquents chez les médiums expérimentés. Tellement fréquents même qu’ils n’y prêtent plus attention ? Est-ce qu’on peut être blasé quand on est médium pro ? Tiens, c’est une bonne question ça, je la poserai lors de mes prochaines interviews !

Mais revenons à nos moutons. Le doute, puisque c’est de lui que je parle dans cet article, est plus souvent mon invité d’honneur que l’enthousiasme. Et encore, quand je dis « invité », c’est plutôt lui qui s’invite tout seul, hein… Oui, donc, le doute, il surgit à la moindre occasion. Cette écriture intuitive que j’ai réalisée tout à l’heure, avec ces phrases si belles et parfois si profondes, est-ce que c’est vraiment un message que j’ai perçu, puis transcrit, ou des élucubrations de mon cerveau poète ?

Et cet essai de médiumnité à partir d’une photo, pourquoi cela donne-t-il des résultats qui n’ont a priori pas grand-chose à voir avec la réalité, ou alors qui sont apparentés à des détails que personne ne connaît ou ne peut confirmer ?

Pourquoi c’est pas plus simple, la médiumnité, hein ?…

En fait, si, c’est simple, c’est juste moi (nous…) qui me prends la tête en voulant à tout prix réussir à capter. Du coup, je me mets la pression. Du coup, je ne reçois pas forcément ce que je souhaitais. D’ailleurs, en fait, il vaut mieux ne rien souhaiter, et attendre, là, devant sa feuille ou sa photo, que les informations se présentent. C’est ce que je fais quand je fais de l’écriture intuitive avec mes guides, et là, allez savoir pourquoi (même si j’ai ma petite idée !), ça coule tout seul. C’est limpide.

Je crois que je l’ai déjà dit dans un autre article (veuillez m’excuser, mon âge avancé me fait radoter !), mais je ne suis pas habituée à tâtonner comme ça. Avec l’écriture, tout a toujours été facile, simple, évident. Ça arrive tout seul, je n’ai qu’à transcrire ce que me dicte mon cerveau, pas besoin de réfléchir à la structure des phrases, aux mots à placer, tout se déroule tout seul. Je n’avais pas conscience que c’était une chance…

Mais maintenant, j’en ai amplement pris la mesure ! Parce que la médiumnité, ce n’est pas du tout aussi fluide que je le voudrais ! Le doute au lieu de la confiance. Les tâtonnements au lieu de la facilité.

Mais le doute, après tout, il fait partie du chemin…

Je crois que si le doute n’était pas de la partie, mon cheminement dans la médiumnité serait beaucoup moins intéressant. Et ce blog n’aurait peut-être pas de raison d’être d’ailleurs. Oui, c’est vrai, j’envie ceux pour qui c’est facile de communiquer avec l’au-delà, ceux qui pratiquent ça depuis toujours ou presque. Mais finalement, moi, avec mon doute en baluchon sur le dos, peut-être que j’expérimente une autre façon de vivre ma médiumnité. C’est un chemin qui me permet de prendre la mesure de ce que beaucoup d’entre nous traversons pour améliorer nos capacités. Et sans le doute, je serais bien loin de toutes ces préoccupations, je planerais à 10 000 avec mes copains les anges 😉

Bon, finalement, si on fait le bilan, c’est pas si mal de douter ! Et vous, vous en pensez quoi ?

Vous pourriez aimer aussi :